Skip to Content

Indifférence morale du rapport à soi

Ce qu'on fait de soi-même (son corps, sa vie, ses choix personnels) n'a rien à voir avec la morale. Rien.

Indifférence morale du rapport à soiL’éthique minimale défend le principe d’indifférence morale du rapport à soi. Selon ce principe, ce qu’un individu se fait à lui-même est dénué de toute valeur morale. Ça n’est jamais “moral” ou “immoral” : ça n’a simplement rien à voir avec l’éthique.

Il s’agit d’une version radicale du principe d’asymétrie morale1, qui veut qu’on différencie ce qu’on fait aux autres et ce qu’on se fait à soi. Si on accepte ce principe, on n’accordera pas autant de valeur morale au meurtre et au suicide, au viol et à la masturbation, au vol et à l’usage malheureux de son propre argent.

De façon générale, on distinguera nettement entre :

  • les actions qui ne concernent que nous-mêmes, dans lesquelles nous sommes les seuls participants de l’action et les seuls affectés
  • les actions qui concernent également les autres, parce qu’ils y jouent un rôle important de quelque façon

Contrairement à ce que pourraient penser les plus libéraux, l’indifférence morale du rapport à soi n’est pas une évidence. Elle a ses adversaires au sein de la tradition philosophique. Ça n’est pas non plus un principe vide, qui ne s’applique à aucune action, comme pourraient le penser les plus pessimistes.

Les partisans du rapport moral à soi

À la suite de Kant et d’Aristote, de nombreux penseurs soutiennent que notre rapport à nous-mêmes possède une valeur morale.

Selon Kant et ses amis, nous aurions des devoirs envers nous-mêmes que nous serions tenus de respecter même si personne d’autre n’était impliqué dans l’action. Kant va jusqu’à affirmer que nos devoirs envers les autres s’appuient sur nos devoirs envers nous-mêmes2.

Selon Aristote et ses adeptes contemporains, nous aurions des vertus personnelles à cultiver dont l’importance en morale serait centrale : courage, honnêteté, force, générosité, résolution, loyauté, etc.

L’éthique minimale rejette ces 2 approches. Selon elle, la notion de devoir envers soi-même est contradictoire (entre autres difficultés)3 ; et l’éthique des vertus pose de lourds problèmes ontologiques et épistémologiques4. Mais l’existence de ces 2 traditions montre que l’indifférence morale du rapport à soi n’est pas une position évidente ou unanimement partagée.

Des actions qui ne concernent que nous

L’indifférence morale du rapport à soi semblerait un principe vide et inutile si aucune de nos actions ne concernait que nous5. Si nos actes apparemment les plus solitaires avaient un effet indirect sur autrui, on pourrait critiquer le caractère abstrait du principe, son détachement complet du réel.

En consommant de la drogue ou de la pornographie, n’avons nous pas quand même un effet sur quelqu’un ? Admettons qu’on s’adonne à ces pratiques seul, en secret, et à volets fermés : cela suffit-il pour dire qu’autrui n’est aucunement concerné ?

Mais supposons un instant que toutes nos actions affectent autrui d’une quelconque façon. Faut-il alors renoncer à la distinction entre “ce que nous nous faisons” et “ce que nous faisons aux autres” ? Faut-il (par exemple) mettre sur le même plan le suicide et le meurtre ?

Ce n’est pas l’avis de l’éthique minimale6. Selon elle, il est possible de trouver une différence significative entre ce qu’on se fait à soi et ce qu’on fait à autrui. Un raisonnement qui conduirait à affirmer le contraire impliquerait des aberrations, et il vaudrait mieux l’abandonner que d’accepter ses implications.

Il n’y a donc pas à s’inquiéter de voir l’indifférence morale du rapport à soi devenir un principe vide, qui ne désignerait aucune action concrète.

Lire aussi

Notes & crédits

Image : CC-BY-SA Ethique.xyz, à partir de Alone par Anton Håkanson


  1. Ruwen Ogien, L’éthique aujourd’hui, Ch. 1, p. 25 & 31
  2. Ruwen Ogien, Ibid., Ch. 2, p. 38
  3. Ruwen Ogien, Ibid., Ch. 2, p. 33-34
  4. Ruwen Ogien, Ibid., Ch. 3, p. 63
  5. Ruwen Ogien, La panique morale, Ch. 1, p. 40
  6. Ruwen Ogien, L’éthique aujourd’hui, Ch. 2, p. 54-56, et Ch. 4, p. 88-92
comments powered by Disqus